l’intempestive

c’est parce que l’image est autiste : projection-discussion autour de Deligny et du cinéma

9 avril 2011 _série impromptus >


c’est parce que l’image est autiste
_07.04.2011 _47 min.
_mp3 (65.7 Mo) _help !
_licence & rediffusion


_

captation de la première soirée d’À propos d’un évènement à faire _Fernand Deligny comme hypothèse : projection-discussion de Les Fossiles ont la vie dure, court-métrage d’animation de Jacques Lin, et de Fernand Deligny, à propos d’un film à faire, de Renaud Victor (1989), en présence de Jacques Lin, cheville ouvrière de la tentative de Monoblet avec Gisèle
_

on parle des films d’animation et de la construction d’objets artisanaux ; on parle de la pratique permanente du film dans les lieux du réseau, des cassettes transmises aux parents sur la vie quotidienne des enfants qui vivaient là ; on parle de la construction singulière d’À propos d’un film à faire, conçu à partir de rushs de Toits d’asile, un film jamais terminé, de lectures de Deligny, de plans du Moindre geste et de Ce Gamin-là, et de dialogues de Deligny avec Renaud Victor ; on parle du Moindre geste ; on parle de la rencontre et des échanges avec Chris Marker ; on parle d’André Bazin et de l’intérêt de François Truffaut pour la démarche de Monoblet dans la préparation de son Enfant sauvage et dans celle des 400 coups ; on parle de l’institutionnalisation dans l’accueil des autistes aujourd’hui et de l’expérience qui se poursuit aujourd’hui à Monoblet

_ _


Suivre la vie du site rss 2.0 | plan | squelette | spip | globenet | ondes courtes | CC by-nc-nd