l’intempestive

Pratobello, Larzac : les bergers ont gagné, l’armée a foutu l’camp

1er octobre 2009 _série territoires


Pratobello, Larzac : les bergers ont gagné, l’armée a foutu l’camp
_15.10.09 _00:59:54
_mp3 (68.6 Mo) _help !
_licence & rediffusion


_

occupation des pâturagestrois ans après « Orgosolo, où les murs parlent et les hommes chantent », on retourne dans ce village sarde à l’occasion des 40 ans de la lutte de Pratobello : Pratobello, c’est un lieu-dit où les bergers d’Orgosolo installaient leurs troupeaux, et où les militaires, un jour de 1969, ont décidé d’installer un polygone de tir - les bergers, et avec eux les ouvriers, les étudiants, les femmes, les enfants, toute la population, avaient une autre opinion ; deux années plus tard, en 1971, sur le plateau du Larzac, les bergers et les habitants apprenaient à la télé qu’ils allaient devoir faire place nette pour un projet d’extension de camp militaire - ça a pris 3 jours en Sardaigne, 10 ans en France, mais les fusils ont déguerpi : récit de deux luttes et de leur rencontre un mois de juin 2009
_

on se joint à l’assemblée populaire où les ancien-ne-s et les plus jeunes viennent témoigner sur la lutte de Pratobello, sur l’importance de préserver les territoires collectifs, les langues et les cultures locales, et sur la situation de la Sardaigne aujourd’hui, et puis on danse et on chante ; on écoute les voix actuelles d’Orgosolo rejouer les journées de juin 1969, et les voix actuelles du Larzac commenter les actions de 1971 à 1981 ; on prend part au débat sur ce qu’apportent ces deux moments d’histoire populaire aux luttes contemporaines, notamment contre le nucléaire : la Sardaigne compte bon nombre de bases militaires (italiennes, états-uniennes ou de l’Otan), et l’Italie choisit d’y développer le nucléaire (enfouissement de déchets ou construction de centrales, en partenariat avec la France) - des habitants de Teulada et de Quirra en témoignent

avec les interventions de Mariangela Noli, Pasqua Corraine et Enzo Costa, de Marizette Tarlier, Christine Thelen et Pierre Marcilhac ; des extraits de la pièce de théâtre « Al sale de la tierra » montée par Bruno Venturi avec la compagnie peinture murale du Larzac, réalisée en juin 2009Teatro.org d’Orgosolo ; un chant a capella de Clara Murtas et l’accordéon de Giuseppe Rubano ; un poème de Ballore traduit par Vincent
_

documentaire diffusé sur FPP (106.3 MHz en région parisienne) le jeudi 15 octobre 2009 à 17h (rediff le mercredi 21 à 10h), ensuite disponible sur cette page - également diffusé sur Radio Larzac (Millau)

un grand merci à Michela Floris pour les traductions depuis le sarde, et à Francesca Cozzolino depuis l’italien

les images sur cette page sont issues des archives d’Orgosolo sur la lutte et de photos actuelles des murales
_

pratobello.it _chronologie détaillée, photos et murales de la lutte, presse de l’époque et d’aujourd’hui

larzac.org _histoire et actualité des résistances sur le plateau, journal « Gardarem lo Larzac »

« Un "Larzac" en Sardaigne » _un article paru dans « Gardarem » à la suite de cette rencontre

Orgosolo _ géographie et culture

Larzac _présentation et résumé historique

article de CQFD sur les sous-marins nucléaires en Sardaigne _dans l’archipel de La Maddalena
_

« Pratobello », poésie écrite par Nicolò Giuseppe Rubanu en 1969, et aujourd’hui toujours chantée (comme à la fin du documentaire) _traductions italienne & française

les femmes discutent avec les forces arméesOrgòsolo pro terra de bandidos

Fin’a eris da-e totu’ fis connota

Ma oe a Pratobello tot’ unidos

Fizos tuos falado’ sun in lota

Contra s’invasione militare

Chi a inie fi faghende lota

Imbetze’ de tratores pro arare

Arriban carrarmados e cannones

E trupas de masellu d’addestrare

Mandada da-e sos solitos bufones

Ch keren chi rinasca’ sa Barbagia

Cun parcos pro sas muvras e sirbones

pendant la lutte, les femmes chassent l'hélicoNaran puru chi sa zente es’ malvagia

Ki viven de furtos e ricatos

In sa muntagna infid’e selvagia

Pro che finire custos malos fatos

E dare a sa Sardigna atera via

Custos bufones decidin cumpatos

De mandarene galu politzia

Sos contadinos e-i sos pastores

E totu canta sa zente famia

Isetavan concimes e tratores

Pro aer pius late e pius pane

Imbetze’ totu an dadu a sos signores

A Rovelli, Moratti e s’Agacane

Povèrinu e miseru s’anzone

Ch’iseta late da-e su mariane :

D’issu poi si prèa’ su bucone

peinture murale sur Pratobello, à OrgosoloOrgòsolo fiera e corazosa

Totu canta sa popolatzione

Totu custu a’ cumpresu e minacciosa

E si arma’ de fuste pro iscacciare

Cussas trupas fascistas e odiosas

Chi custrint’est a segu’ de torrare

Lassande sas muntagnas e pianos

Atraversende de nou su mare.

Non che bandidos ma che partigianos

An dimostradu a sos capitalistas

Chi solu cun su fuste e chin sas manos

Orgòsolo che manda’ a sos fascistas

Orgòsolo che manda’ a sos fascistas

_ _

« Sa lotta de Pratobello », poésie de Peppino Marotto en 1974 _traductions italienne & française

Canto a binti de maju sun torrados
Sos pastores in su sesantanoe
Tristos, né untos e nen tepenados.

assemblée populaireSu vinti’e santandria proe proe Fini partidos cun sa roba anzande Da sa montagna, passende in Locoe ; càrrigos e infustos viaggende cun anzones in manu a fedu infatti, su tazzu arressu muttinde e truvande ;

avvilidos, pessende a su riccattu impostu da su mere ‘e sa pastura : mettade ‘e fruttu e piùsu in cuntrattu. Est obbligu emigrare in pianura Pro salvare su magru capitale Da sos frittos iverros de s’altura.

Tùndene e murghen pro su principale, ma da su mere e da sa mal’annada si ristabìlin in su comunale, ca sa paga ‘e s’affittu est moderada e poden liberamente pascolare sen’agattare muros in filada.

Ma in lampadas devene isgombrare tottuganta sa montagna orgolesa pro vàghere una base militare. L’ordina su ministru ’e sa difesa cun manifestos mannos istampados, postos in sos zilléris a sorpresa…

che bandu de bandidos tallonados. E sos pastores cand’han bidu gai, Sos cuìles in su bandu elencados : Su pradu, S’ena, Olìni e Olài Costa de turre cun Su Soliànu, Loppàna, Ottùlu, Unìare e Fumài ;

belle tottu su pasculu montanu isgombru de animales e de zente cheret su ministeru italianu, espostu a su bersàgliu su padente de bombas e mitraglias e cannone ; dana su bandu : pro motivu urgente

affiche initiale du Circolo Giovanile : "des engrais, pas des balles"si riúnat sa popolazione de ambo sessos mannos e minores bénzana tottus a sa riunione. S’improvvisana tantos oratores e decidene de lottare unidos istudentes, bracciantes e pastores ;

d’accordu sindacados e partidos, proclama cattolicos, marxistas : sos bandidores síana bandídos… Serran buttega artigianos, baristas, e partin tottus, minores e mannos, pro che cazzare sos militaristas :

pizzinneddos e bezzos de chent’annos e zovaneddas de sa prima essida han’indossadu sos rusticos pannos. Tottu sa idda in campagna est partída, in càmiu e in macchina minore. Sa lotta durat piús d’una chida ;

a Pratobello finas su rettore ch’est arrivadu cun su sagrestanu pro difende su pradu e su pastore…

Sos polizottos cun mitras in manu Chircaìan sa lotta de virmare, ma mutìana e currìana invano,

ca dae s’assemblea popolare ch’in bidda si vaghìa frecuente sa zente vi decisa a non mollare e de lottare in modu intelligente tuttuganta sa popolazione contra cussu invasore prepotente :

respingere ogni provocazione, bloccare cun sas massas sas istradas, impedire s’sercittazione de sos tiros a sas forzas armadas, chi calpestare cherìan sas prendas de sas terras comunes non muradas

dae s’edittu de sas chiudendas. A sos sordados chi tentan d’esstre, Sa zente che los tòrrad’a sas tendas, Finas ch’hana decisu de partire, unida e forte sa zente orgolesa sa lotta vi disposta de sighìre.

E cando l’hana raggiunta s’intesa Sos delegados dae s’assemblea, a Roma, in su ministru ‘e sa difesa, sos cumbattenttes de sa idda mea, fizzos de sa Barbagia de Ollolài, parìa sos sordados de Corea…

E una lotta de populu gai, naraìan sos bezzos pili canos, chi in bida insoro non l’han bida mai. Tottus sos progressistas isolanos Solidales, cun tanta simpattia A Orgosolo toccheddana sas manos E naran : custa sì ch’est balentìa.

peinture murale sur le Corso Republica, à Orgosolo

_ _


Suivre la vie du site rss 2.0 | plan | squelette | spip | globenet | ondes courtes | CC by-nc-nd