l’intempestive

À propos d’un évènement à faire _Fernand Deligny comme hypothèse

24 mars 2011 _série impromptus >


Jingle 1
_court
_mp3 (974.7 ko) _help !
_licence & rediffusion
Jingle 2
_long
_mp3 (1.5 Mo) _help !
_licence & rediffusion


_ _

Et si nous considérions que c’est à nous, qu’il manque quelque chose, plutôt qu’au fou, à l’étranger, à l’autre ? Et si nous décidions que les personnes autistes ont droit au silence ? Et si nous laissions tout
pour créer un lieu loin des conventions ? Et si nous choisissions de retrouver ce qui, hors du langage, hors de la norme, nous est commun ?
Une telle expérience s’est tenue à partir des années 1960, à Monoblet, dans les Cévennes. Pour que ce lieu existe et rayonne, pour qu’il prenne corps, pour qu’il perdure, il aura fallu la pensée et les mots de Fernand Deligny, et le compagnonnage patient de tout un collectif. Retour sur une expérience, pour interroger le présent.

Ce parcours au coeur de Marseille du 7 au 16 avril, s’inscrit dans la volonté d’éclairer l’oeuvre et l’expérience Deligny sous différents angles : esthétique, poétique, social et politique.

Mardi 5 avril

22h : émission Dataplex /// sur Radio Galère 88.4 /// Mix en direct, musique en marge, folie & création musicale /// —> émission en ligne <—

Mercredi 6 avril

16h30 : émission Libre Débat /// sur Radio Galère 88.4 /// Présentation de l’évènement par Juliette Volcler _l’Intempestive, Amandine Tamayo _Peuple et Culture Marseille, Mireille Batby _ les Grands Terrains /// —> émission en ligne <—

Jeudi 7 avril

18h : vernissage de « attitudes et légendes » _exposition du 7 au 16 avril /// Gisèle Durand _peintre /// à l’Équitable Café _54 cours Julien (6è) _ouverture du mardi au vendredi de 15h à 23h _samedi de 15h à 01h _entrée gratuite

« Le travail de Gisèle Durand Ruiz fut d’abord indissociable de l’expérience de la vie avec les enfants de Monoblet et de la recherche engagée par Fernand Deligny autour de ce qu’il appelait la “vacance du langage”.
Le trait, le tracé, la ligne, étaient au centre d’une pratique
qui engageait l’artiste à transcrire plutôt qu’à s’exprimer par le
langage ; à livrer l’image d’un territoire commun
[...]. À partir de cette pratique cartographique
autodidacte, Gisèle Durand Ruiz a développé un goût plus personnel pour la peinture, toujours lié à la vie quotidienne et aux Cévennes où elle est née et a toujours vécu.
Grâce à des amis fidèles, qui l’ont suivie dans son travail,
elle a régulièrement exposé dans la région, à Montpellier,
à Nîmes ou à Marseille. »
Sandra Alvarez de Toledo

18h30 : vernissage de « toujours et déjà là, mais là où ? » _installation sonore et visuelle du 7 au 16 avril ///
Gisèle Durand & Jacques Lin _aux tracés des cartes de Monoblet /// Gilles _aux tracés sur la toile /// Christophe _aux tracés en partition _collection de Gisèle Durand & Jacques Lin /// Juliette Volcler _documentariste sonore /// Olivier Maurel _créateur son /// Mireille Batby _plasticienne /// Jérome Verriest _régisseur /// aux Grands Terrains _8 rue Vian (6è) _ouverture du mardi au samedi _de 15h à 19h _entrée gratuite

Mise en perspective sonore et visuelle des cartes d’erre réalisées sous l’impulsion de Fernand Deligny et des tracés proposés par Gisèle Durand.
« Les cartes ne
sont pas des instruments d’observation. Ce sont des
instruments d’évacuation : évacuation du langage, mais aussi évacuation de l’angoisse thérapeutique. »
Fernand Deligny

20h : c’est parce que l’image est autiste _projection discussion /// Emmanuel Vigne _cinéaste _responsable du Vidéodrome /// Gisèle Durand
& Jacques Lin _chevilles ouvrières de la tentative de Monoblet /// Jean-Pierre Daniel _co.réalisateur avec Fernand Deligny et Josée Manenti _Le moindre geste _1971 /// à la Maison hantée _10 rue Vian (6è) _entrée à prix libre _possibilité de restauration sur place /// —> captation en ligne <—

Présentée par Emmanuel Vigne, cette programmation, autour de 2 films et d’archives de l’INA, relate la pensée de Deligny.

Fernand Deligny : À propos d’un film à faire de Renaud Victor _1987-88 _67’ /// C’est un film à propos
d’un film et un film à propos d’un bonhomme. C’est un film à propos
du langage, un film à propos de
l’image et un film à propos de l’autre. En 1989, Renaud Victor tourne les paroles et les gestes d’un Fernand Deligny âgé,
riche d’une vie en invention permanente.

Les fossiles ont la vie dure est un film d’animation de Jacques Lin, sur un
scénario de Fernand Deligny _1994 _6’ /// Lente est la vie des
fossiles, si lente qu’on ne la voit pas bouger.
C’est qu’ils bougent comme la terre tourne. Devant le grand escargot du tertiaire et le poisson fossile, les pommes de pin
et les nuages s’agitent. Le grand poisson fossile devra-t-il encore
nager avec l’orage qui approche ?

La projection est suivie d’une rencontre avec Gisèle Durand et Jacques Lin,
toujours présents sur le lieu d’accueil de
Monoblet, et de Jean-Pierre Daniel, qui a participé au travail cinématographique sur Le moindre geste.

Vendredi 8 avril

18h : émission Les Vendredis de la psychiatrie /// sur Radio Galère 88.4 /// Jacques Tosquellas _psychiatre & Marie-France Négrel _infirmière psychiatrique, accueillent Gisèle Durand & Jacques Lin pour évoquer Deligny et l’expérience de Monoblet, et Magali Roche, Michèle Quettier et Rémy Roux, qui ont pris part à la lutte contre la fermeture de la ferme du Bersac /// —> émission en ligne <—

20h : Quelles alternatives à la psychiatrie aujourd’hui ? _rencontre _repas /// Gisèle Durand & Jacques Lin _de Monoblet /// l’équipe de la Ferme du Bersac /// à l’Équitable Café _54 cours Julien (6è) _entrée gratuite _repas à prix libre _adhésion obligatoire à prix libre /// -> captation en ligne <-

Aujourd’hui, ce qui s’est créé à Monoblet semble inconcevable :
l’institution a conquis tout l’espace. Où sont les lieux que l’a-normalité peut habiter ? Rencontre, récits, discussions, avec Gisèle Durand et Jacques Lin de Monoblet, et l’équipe de la Ferme du Bersac, un lieu de vie pour des personnes handicapées, expulsé en août 2010.

Jeudi 14 avril

19h : Lieu d’être ? _projection _repas /// Lignes d’erre _Peuple & Culture Marseille /// au Polygone étoilé _1 rue Massabo (2è) _entrée gratuite _possibilité de restauration sur place

Lignes d’erre est un groupe de spectateurs-programmateurs
ouvert aux adhérents de Peuple & Culture Marseille, qui
se réunit pour échanger des questionnements, réinterroger
les liens entre publics, projection et territoire, et porter un cinéma documentaire de création au delà des lieux qui lui sont traditionnellement
dévolus,auprès de publics inattendus. Pour l’occasion Lignes d’erre présentera une programmation de films pensée autour de la notion de lieu comme expérience : Le silence de la carpe de Vincent Pouplard (France, 2009,18’), L’attente de Sergueï Loznitsa (Russie, 2000, 35’), Pas lieu d’être de Philippe Lignères (France, 2003, 52’)

Samedi 16 avril

18h : Hors du langage, un territoire _écoute /// Juliette Volcler
_documentariste sonore /// Olivier Maurel _créateur son /// aux Grands Terrains _8 rue Vian (6è) _entrée gratuite _repas proposé par la Kuizin

« Ils tracent... et là il n’y a plus de nous, ni de il, ni de je...
c’est quelque chose d’inné qui vient de la nécessité de faire, de tracer, de manier, un geste quoi... on rejoint ce qu’il y a de commun à l’humain... quelque chose de l’origine de l’homme. »
Gisèle Durand.

Écoute collective de « tracés », 4ème partie de Hors du langage, un territoire, un documentaire sonore en 5 parties de Juliette Volcler, produit avec le soutien de la Scam.

20h : Traces d’être _lectures /// Bernard Meulien _comédien /// Le Cabinet
des lecteurs _Peuple & Culture Marseille /// aux Grands Terrains _8 rue Vian (6è) _entrée gratuite _repas proposés par la Kuizin /// —> captation en ligne <—

Cette lecture propose de dériver dans les textes
de Fernand Deligny des Derniers écrits et aphorismes, Essi & copeaux, à ses écrits antérieurs. L’écriture, entre
quotidien et utopie, fut la compagne permanente de Fernand
de Peuple & Culture Marseille s’emparent tour
Deligny. Bernard Meulien, comédien et Le Cabinet des lecteurs de Peuple & Culture Marseille s’emparent tour à tour de ses mots imagés, afin d’en faire entendre la poétique singulière
faite de « fils sans cesse rompus ».

Mercredi 27 avril

20h : émission l’Intempestive /// sur Radio Galère 88.4 /// Retransmission du débat du 8 avril à
l’Equitable Café sur les alternatives à la psychiatrie.

Infos /// Contacts

Une librairie nomade autour de Fernand Deligny est assurée lors des 4 soirées par la librairie Histoire de l’oeil.

Emission l’Intempestive _contact@intempestive.net _www.intempestive.net /// Peuple & Culture Marseille _04 91 24 89 71

À l’initiative de l’Intempestive, Peuple et Culture Marseille, les éditions le Mot et le reste, les Grands Terrains, et en partenariat avec Radio Galère, le vidéoclub d’art et essai Vidéodrome, le salon de musique Data, l’Équitable Café, la cantine associative la Kuizin, la librairie Histoire de l’oeil, le cinéma le Polygone étoilé, le pub-rock la Maison hantée, Emmaüs Marseille.

PDF - 330.5 ko
Tract À propos d’un évènement à faire
_ _


Suivre la vie du site rss 2.0 | plan | squelette | spip | globenet | ondes courtes | CC by-nc-nd